Philippe Loiseau : « Alain Juppé laisse la vision d’un grand homme d’Etat »

Philippe Loiseau : « Alain Juppé laisse la vision d’un grand homme d’Etat »

11/03/2019

Philippe Loiseau, premier vice-président de la CPME, revient sur la nomination au Conseil Constitutionnel d’Alain Juppé. Selon lui, le, désormais, ancien maire de Bordeaux, a laissé sa marque au sein du port de la lune.

Bordeaux est-il intimement lié avec Alain Juppé ?

Philippe Loiseau : « Evidemment, on ne peut nier le contraire tant il a entraîné pendant tant d’années la ville avec lui, l’a fait rayonner et l’a tant changé. L’ouverture vers le fleuve et le monde, le développement économique de la ville et de la métropole c’est lui. Bordeaux se réveille, la petite ville de province endormie c’est fini, place à une métropole d’envergure et d’avenir. »

Son départ est-il une surprise ?

« Oui pour tout le monde même pour lui à mon avis… Je vous parle en tant qu’acteur économique, dans notre domaine, le temps est différent de la chronologie politique. Rien ne s’arrête jamais de notre côté. Oui, il y a eu un avant Alain Juppé, mais il y aura un après avec son successeur. Il n’y aura pas d’interruption dans l’intérêt de nos entreprises. »

Que pense la CPME de son départ ?

« Nous ne sommes pas un acteur de la mairie, nous sommes un partenaire. Dès que le successeur sera connu, nous prendrons attache avec lui pour continuer l’action, toujours dans l’idée d’éviter une interruption pour le bien de nos entreprises. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre : nos entreprises doivent avancer et nos commerces souffrent tant actuellement. »

Quel est l’héritage d’Alain Juppé ?

« C’est la vision d’un grand homme d’Etat donc évidemment oui, son héritage est important : celui d’un espoir et d’un avenir toujours plus grand pour la ville et la métropole. Le souhait aussi de paix et de renouveau pour nos commerces. La CPME et Alain Juppé sont intimement liés : lorsqu’il était à la mairie de Paris, j’ai appris qu’il entretenait, déjà, des relations privilégiées avec la CGPME, notre ancien nom. »

Le fait que Bordeaux soit devenu un eldorado économique, c’est grâce à lui ?

« En grande partie oui ! Le classement de la ville à l’UNESCO, son combat pour la LGV, l’embellissement de la cité sont ses œuvres majeures. Il a transformé Bordeaux en métropole attractive. »

Partager

Facebook Twitter